jeudi 30 juillet 2009

Pushkar, adieu baba, Jodhpur nous voilà!

Décidément ce chauffeur n'en fait qu'à sa tête. Prétextant que la bonne route, est trop encombrée il nous fait passer par des route de campagne, en quittant Pushkar, défoncées, envahies par les animaux les plus variés, et zyva que j'te pile pour éviter un veau, que je passe sur des ornières et nids d'autruche ( comme les poules mais en plus gros), du coup ce n'est plus un minibus, mais la pub orangina (secouez moi...); heureusement que nous pouvons assister à quelques scènes champêtres, et villageoises très typiques.


Nous finissons par arriver à jodhpur, où comme toujours Harrish nous emmène dans une guesthouse, que nous choisissons de ne pas visiter.
Après un essai infructueux, nous atterrissons au Ranbanka palace
( www.ranabankahotels.com), que nous arrivons à négocier un prix très intéressant (il n'y a pas grand monde).
C'est chouette comme palais de maharadja, il est coupé en deux, parce que deux héritiers.
Après avoir bullé l'aprés-midi, nous nous rendons à l'agence Poly travel qui organise des rencontres avec les Bishnoi, tribu végétarienne, qui respecte toute forme de vie, ayant été jusqu'à sacrifier 363 des leurs en voulant sauver leurs arbres de la coupe, en 1730, en les entourant de leurs bras. Départ demain 8h30.
Le soir nous nous rendons dans la vieille ville de Jodhpur, mais la circulation, la fatigue et le bruit nous dissuadent. La rue en ville est le cauchemar du piéton, une forme de corrida, où il y à plusieurs dizaine de taureaux vous menaçant à chaque pas.
Je découvre alors avce stupéfaction (presque horreur), qu'il existerait du vin anglais.

Demain excursion à la campagne.

2 commentaires:

  1. je vous avais prévenu que Jodhpur est une horreur ;) à part le temple qui donne une vue magnifique sur la ville...
    je pense fort à vous !

    RépondreSupprimer