mercredi 5 août 2009

Aujourd'hui séquence immersion indienne

Shopping today, on démarre en fanfare, en s'égarant des dans ruelles, étroites, mais pleine de vie et de bouse de vache, de took took, de deux roues, et de gaz d'échappement; Il faut raser les murs et serrer les fesses. Arrivé à la Clock Tower, nous prenons la direction de Bapu bazar, où nous sommes témoin de scènes de vie amusantes: dans les magasins de tissus les femmes font déballer tous les tissus avant de choisir, ce qui donne un grand désordre coloré.

Le quartier est tout sauf touristique, où alterne étameurs, chausseurs, vaches, chien, moto où toute la famille déambule (le pére la mére et les deux enfants); et les odeurs mélange d'épices et de miasmes fétides à l'eau de rose. L'idée c'est de trouver un sac de cabine pour ramener tous ce que nous avons acheté: forcément avec tout ce shopping; ce que nous finissons par réussir.
Là grande première nous prenons un Took took pour aller acheter des miniatures. Le propriétaire, un jeune fort agréable tape un peu la discute.
La visite des peintres se finit par l'achat de fort belles miniatures, dont un tigre pour Alexis.
Pour rentrer à l'hôtel, nouvelle aventure exaltante, le took took monte l'Everest: l'hôtel est sur une éminence, et la pente m'oblige à descendre et pousser l'engin; enfin à bon port.


C'est notre dernier jour avant le départ, nos finissons en beauté, avec le cinéma: Love ajkaal ( l'amour aujourd'hui et demain).
Perso, bollywood, n'est pas ma tasse se thé, mais l'ambiance doit valoir le détour.
Première séance, 15h30, tout est pris, retour à la case départ sans toucher le billets, mais avec ceux de la suivante: 18h30.
La salle est magnifique, les fauteuils confortables et inclinables, les spectateurs sont là en famille, même les bébés, juste devant dans l'allée se tient une poussette.
Le son est fort, mais c'est pour couvrir le bruits de conversations, des pleurs d'enfants et autres téléphone portables.
C'est une sombre histoire de mec qui sait pas ce qu'il veut et ne veut pas s'engager avec la fille qu'il aime, qui se marie avec un autre qu'elle n'aime pas pour le quitter, et le premier revient pour lui dire qu'il l'aime, la première partie ça va, car il y a un entracte, la seconde est interminable, 2h15 de film; mais peu de danse et de chant, de belle filles à la peau mate, et sans parler l'hindi, j'ai tout compris. Voir ce film, sans tout comprendre, et avec un oeil d'occidental, génère une drôlerie non préméditée.
Le soir vue sur le Lake Palace de nuit.



Demain départ 11h30, c'est le retour en France.
Ce n'est probablement pas, le dernier article, une petite synthèse s'imposera; de même le récit du voyage de retour, qui se fera par vol intérieur, puis changement d'aéroport, pour rentrer à Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire