samedi 1 août 2009

le fort de Merangarh, Jodhpur, la ville bleue.

L'hôtel jouxtant le notre possède une collection de voiture américaine, malheureusement malgré un essai, qui restera infructueux: nous ne pourrons emprunter de voiture, Le fils du maharadjah en a besoin.



Nous partons visiter le fort de Merangarh, sur la colline dominant Jodhpur de 120 mètres. Ça a de la gueule y a pas à dire. Nous prenons l'audio-guide, mais ça gratte les oreilles, ça tient chaud, et au bout d'un moment ça va bien.
C'est du calcaire ocre, avec de nombreuses fenêtres ouvragées, des moucharabiehs, de multiples cours sur différentes hauteurs, car le fort suit les courbes de la colline; puis je me laisse distraire, je regarde les autres personnes comme cette famille de musiciens qui après avoir chanté des chants folkloriques, se nourrit.
Je leur montre leur photo, et les enfants font quelques commentaires.
Puis ce groupe d'élèves, filles et garçons mais qui restent séparés, toutes ces femmes en saris multicolores, car dans l'enceinte du fort se tient un temple, où elles se rendent.
Un groupe de garde à moustache bien cirée et recourbés, un gardien qui m'explique gentiment le poids des armes, leur double tranchant, un autre qui joue de la flûte, ce jeune couple que je prends en photo.
Il faut savoir que dans ce pays le personnel dans les lieux publics, les hôtels, les restaurants, est innombrable: un pour retirer les bouteilles vide, un autre pour apporter les pleines, même au péage routierentre la voiture et le caissier, il y a un passeur de billet. Un bon moyen pour résorber le chômage; d'autant que le gouvernement indien à instauré salaire minimum pour les paysans.

Bon, mais c'est pas tout ça, mais le fort offre une très belle vue sur Jodhpur, la ville bleue, car cette couleur aurait comme vertu d'éloigner les moustiques. J'en profite pour faire des photo.

L'après-midi, bulle à la piscine, l'hôtel est un havre de paix, confortable.

Depuis 3 soirs, nous écoutons un musicien et son fils le soir dans le jardin de l'hôtel, et ce soir remarquant notre intérêt, il nous a commenté son instrument: la sitar, appris qu'il était musicien de père en fils, qu'il jouait à Paris pour Bharati, et de bonne guerre nous à refilé un cd; encore une rencontre rigolote et inattendue.
Demain Ranakpur et les temples Jain.

1 commentaire:

  1. ce fort est magnifique !!! la vue est superbe :D
    nous n'avions pas spécialement apprécié la ville de Jodhpur en elle mm... et vous ? Harrish nous avait donné l'adresse d'une jeune femme qui nous a vendu les épices que nous vous avons ramené, y êtes vous allés ?
    je vous embrasse bien fort et continue à suivre vos exploits ac gd interêt

    RépondreSupprimer